Design et génération changemaker, conversation avec Laurine Fayolle - Studio Lessens
Design, Textile, Stylisme, Produit, Collection, Eco-conception, Design circulaire, Design thinking, Workshop, Slow-design, Eco-design, Annecy, Recherche et développement, durable, éthique, Imprmés, matières, couleurs
1716
post-template-default,single,single-post,postid-1716,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.3.9,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode_disabled_responsive_button_padding_change,columns-4,qode-child-theme-ver-22.4.1596022132,qode-theme-ver-22.4,qode-theme-bridge,qode_advanced_footer_responsive_1000,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive

Design et génération changemaker, conversation avec Laurine Fayolle

Le journal de Studio Lessens

Design et génération changemaker, conversation avec Laurine Fayolle

CONVERSATION AVEC LAURINE FAYOLLE, DESIGNER EN HERBE. 

 

Laurine, créative et touche à tout, c’est ainsi qu’elle se définit. Elle accorde de l’importance à transposer les savoir-faire et les connaissances qu’elle acquérit dans des domaines divers. 

 

Dans le cadre de son cursus de Designer, Laurine a intégré le studio durant 6 semaines, pour appréhender la matière textile. Nous avons souhaité donné la parole à cette génération de designer/maker en quête de sens dans un monde qui vacille.

Quel est ton parcours de Designer ?

Je suis actuellement en dernière année DNMADe Objet (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design). La créativité à une part importante dans ma vie. Depuis mon plus jeune âge, je prends des cours de dessin, d’aquarelle. Je me suis fascinée par l’architecture et la décoration d’intérieur avant de me tourner vers un cursus axé sur l’objet.

Quelles sont tes valeurs ?

Le partage, l’échange et la responsabilité.

On ne peut pas être aveugle de ce qui se passe au point de vue social et écologie actuellement. Nous nous devons d’agir de manière positive pour respecter notre éco-système.

Quelles sont selon toi les enjeux prioritaires à relever en tant que Designer ?

Un des enjeux prioritaires est d’amener de nouvelle façon de consommer. A l’heure d’aujourd’hui, il est difficile d’amener le changement dans la vie des consommateurs, d’une part car il y a encore une offre trop importante sur le marché qui va a contre-sens. En tant que designer, nous devons développer, proposer des solutions responsables, à la fois pour l’humain et pour la planète.

Etes-vous sensibiliser lors de votre cursus aux dimensions écologiques et sociales ? 

Cela dépend des professeurs intervenants et aussi des profils de la promotion dans laquelle nous sommes. Il y a DNMADE davantage basé sur l’aspect plastique et artistique alors que d’autres proposent de travailler sur des projets concrets d’éco-conception. C’est le cas de la formation que j’ai suivie, nous sommes confrontés à la réalité avec des projets concrets. Dans ma promotion, nous avons une belle énergie porteuse, nous sommes tous dans une démarche d’éco-conception, quels que soit nos univers et nos affinités.

Comment imagines-tu la suite de ton parcours professionnel ?

Encore apprendre, me nourrir des autres. J’ai envie de découvrir autrement qu’a l’école, en explorant. Je souhaite contribuer et proposer des projets cohérents qui vont dans le bon sens.

Quelle est ta vision du textile ?

Je suis consciente de l’impact du textile. C’est une source de déchet, qui je transpose grâce à mon regard optimiste, comme des ressources. Il faut se nourrir des ressources déjà présentes sur terre et ce que l’on trouve à porter de main pour créer de nouvelles choses.

Quelles sont tes rêves pour construire un monde plus durable ?

Apprendre et partager, échanger avec les autres. Il faut que l’on agisse ensemble pour construise un monde plus durable.

Quelle est ta devise ?

Qui ne tente rien, n’a rien. Il faut savoir prendre des risques, oser, on ne pourra que récolter de belles découvertes.

Quelque chose à nous partager ? 

Le dernier livre que j’ai lu, Les Lendemains de Mélissa Da Costa.

C’est l’histoire d’Amande, qui suite à un choc émotionnel, se retrouve anéanti. Pour se reconstruire, elle va puiser dans ce contact avec la terre la force de renaître et de s’ouvrir à des rencontres uniques. Petit à petit, elle va cultiver son jardin, planter des fleurs aux odeurs enivrantes, aux couleurs joyeuses. Elle va apprendre à faire soi-même des objets de son quotidien, des bougies, sécher des fleurs pour les transformer. Elle va se raccrocher aux petits bonheurs de la vie pour cultiver un mode de vie plus conscient.

« Ce que la vie prend, elle le redonne aussi. »

Merci à Laurine Fayolle, pour ces six semaines passées. Ce fut un réel plaisir d’accueillir au sein du studio, cette jeune femme qui porte de belles valeurs et convictions. La transmission est un point essentiel, que nous essayons de travailler à tous les niveaux, notamment en accueillant des designers en cours de cursus.